mercredi 17 juillet 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Politique > Actualités

Nouvelle manifestation du personnel de soutien scolaire

Les + lus

Plus d'une cinquantaine de personnes du personnel de soutien scolaire étaient réunies devant le bureau du ministre de l'Éducation, Bernard Drainville, pour manifester pour de meilleures conditions de travail. (Photos : Xavier Nicole)

14 sept. 2023 11:15

Dans le cadre des négociations dans le secteur public, des membres de la Fédération du personnel de soutien scolaire (FPSS-CSQ) ont manifesté, le 13 septembre, devant les bureaux du ministre de l’Éducation, Bernard Drainville, à Lévis.

C’est sous la thématique maritime que plus d’une cinquantaine de personnes se sont rassemblées pour la manifestation. Ces manifestants ont longuement agité leurs affiches sur lesquelles étaient écrites «Un virage s’impose», «Cessez de nous donner des miettes» et «Le bateau coule, agissez».

«Le ministre ne doit pas jouer au pirate»

«Présentement, le bateau coule! Les gens dans le domaine de l’éducation ont un grand besoin de valorisation des conditions de travail et des conditions salariales. Monsieur Drainville ne travaille pas assez fort, malgré ce qu’il nous dit, puisque nous ne voyons aucun geste concret entrepris pour nous aider», a mentionné le président de la FPSS-CSQ, Éric Pronovost.

Concrètement, ce que le personnel de soutien scolaire déplore que «les salaires sont moyens, le taux de précarité demeure trop élevé et les négociations sont dans la tourmente».

Par exemple, selon les données du Conseil du trésor 2019-2020, le salaire moyen du personnel de soutien scolaire est de 26 484 $. Parmi les 81 classes d’emplois, le salaire moyen des éducateurs en service de garde est de 19 180 $ par année. Ceux des secrétaires d’école, des concierges et des ouvriers certifiés d’entretien sont respectivement de 36 306 $, 30 764 $ et 42 601 $.

De son côté, le taux de précarité atteint huit personnes sur dix travaillant dans les services directs aux élèves. Il est de 70 % pour le personnel manuel et de 64 % pour le personnel administratif.

«Près de 78 % de nos membres vivent la précarité d’emploi. Cela signifie qu’ils ont des postes entre 15 et 20 heures par semaine. En plus de cela, nous avons des problèmes d’attraction puisque les gens n’ont pas des postes qui ont de l’allure et ils décident de quitter la profession», a ajouté Éric Pronovost.

D’ailleurs, ce dernier n’a pas hésité à clamer haut et fort qu’ils ont l’impression de «ramer à contre-courant et de n’avoir aucune aide».

«Le ministre Drainville nous répète sans cesse qu’il rencontre le premier ministre du Québec, François Legault, le ministre des Finances, Éric Girard, et la ministre responsable de l’administration gouvernementale, Sonia LeBel, à ce sujet, mais rien n’est fait. Moi, ça m’inquiète énormément. On en vient à se demander si son message passe vraiment», a confié le président de la FPSS-CSQ.

À compter des prochaines semaines, des syndicats affiliés à la FPSS-CSQ vont tenir des assemblées générales où les membres seront appelés à voter sur une proposition de grève pouvant aller jusqu’à la grève générale illimitée, comme les autres syndicats faisant partie du front commun.

Les + lus