lundi 15 juillet 2024
Votre Journal. Votre allié local.
Chronique du CISSS-CA

Troquer la cigarette par la vapoteuse? Attention : dangers cachés

Les + lus

11 juil. 2024 07:28

Saviez-vous que le risque de dépendance à la nicotine est plus grand lorsqu’une personne vapote que si elle fume la cigarette? Pourtant, plusieurs personnes ignorent que la vapoteuse comporte des dangers. Permettez-moi de vous présenter l’histoire de Samuel, un ancien fumeur, dont le parcours est similaire à celui de tant d’autres personnes.

Par Stéphanie Guillemette, agente de promotion des saines habitudes de vie et conseillère au centre d’abandon du tabagisme à Lévis

Quand Samuel a décidé d'arrêter de fumer, il a pensé que la bataille la plus difficile était derrière lui. Après des années, il a troqué ses paquets de tabac pour une élégante cigarette électronique. «Ce n'est pas grave, je vapote maintenant», disait-il. Cependant, Samuel a rapidement découvert que la réalité était plus complexe.

Au début, le vapotage semblait être la solution idéale. Pas d'odeur de tabac, pas de cendriers sales, juste une vapeur discrète et des saveurs agréables. Samuel vapotait plus fréquemment, croyant que c'était sans danger.

Un jour, il a lu un article qui lui a fait faire une prise de conscience : «le risque de dépendance lorsqu’on vapote est plus grand qu’avec la cigarette, car les doses de nicotine absorbées sont généralement supérieures. Une étude récente démontre que les risques de dommages cardiaque et respiratoire sont les mêmes que ceux causés par la cigarette. Malheureusement, ce produit très attrayant à cause des différentes saveurs connaît une grande popularité chez les jeunes. Au Québec, 19 % des jeunes de 15 à 17 ans vapotent; c’est beaucoup».

C’est à ce moment que Samuel a décidé de chercher de l'aide dans un centre d'abandon du tabagisme : un service gratuit qui est offert aux personnes qui souhaitent cesser de fumer ou de vapoter. Les personnes sont accompagnées, sans aucun jugement, par des infirmières avec une expertise reconnue dans ce domaine. Les rencontres peuvent se faire de façon individuelle ou en groupe, que ce soit en téléconsultation, par téléphone ou en personne.

C’est là, qu’il a rencontré d'autres personnes qui, comme lui, tentaient de se libérer de la dépendance. Avec l'aide des infirmières, il a commencé à comprendre les différentes facettes de sa dépendance : physique, psychologique et comportementale. Il a choisi de faire les rencontres en groupe et elles lui ont offert un soutien considérable.

Aujourd'hui, Samuel sait qu'il ne suffit pas de remplacer une dépendance par une autre. Grâce aux outils et au soutien des centres d'abandon du tabagisme, il a trouvé des stratégies pour gérer son stress, maintenir l'abstinence et développer de nouvelles habitudes de vie saines. Et surtout, il a appris qu'il n'est jamais trop tard pour arrêter de fumer ou de vapoter.

Pour plus d’information :

Composez le numéro sans frais  : 1-855 838-0551.

Consultez le site Web cisssca.com ou jarrete.qc.ca.

Les + lus