samedi 13 avril 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Opinion du lecteur > Opinions-débats

Lettre ouverte

Aménagement du territoire : quand le gouvernement du Québec ne montre pas l'exemple

Les + lus

Le président de l'UMQ, Martin Damphousse. Photo : Courtoisie

02 oct. 2023 07:18

Les dernières années ont été difficiles pour le cœur de nos collectivités. Entre la popularité toujours plus grande du commerce en ligne et l'avènement du télétravail, nos commerces locaux ont persisté et se sont réinventés. La vitalité et la proximité de ces commerces ont un impact positif sur notre quotidien et sur notre qualité de vie. Les municipalités sont en action pour soutenir le dynamisme des noyaux villageois et des centres-villes et pour assurer une offre de services et de commerces diversifiée en réaménageant des rues commerciales et en investissant dans des sociétés de développement économique. C'est une priorité pour nous!

Note de la rédaction : Le Journal de Lévis n'endosse aucune opinion qui est partagée dans les lettres d'opinion ou ouvertes publiées dans notre section Opinions. Les opinions qui sont exprimées dans ce texte sont celles de l'auteur signataire.

Mon confrère Antoine Tardif, maire de Victoriaville, a pris la plume dans les derniers jours pour dénoncer la décision de la Société des alcools du Québec (SAQ) de décentraliser sa succursale du centre-ville vers un quartier résidentiel de faible densité alors que la succursale est rentable. Cette décision invraisemblable est un exemple parmi tant d'autres qui témoigne d'un problème bien plus grand. L'État québécois ne prend pas la pleine mesure des conséquences de ses décisions en aménagement du territoire. Pire, il ne suit même pas ses propres règles.

Le gouvernement du Québec a publié cette année de nouvelles orientations gouvernementales en aménagement du territoire. Il demande au monde municipal de travailler encore plus fort pour contrer l'étalement urbain, protéger nos milieux naturels et mettre en valeur nos terres agricoles. Malheureusement, il est déconcertant de voir que les décisions du gouvernement du Québec en aménagement du territoire ne sont pas soumises aux mêmes critères que ceux imposés aux municipalités.

Au même titre qu'une succursale de la SAQ a un effet économique important pour une rue commerciale, sa décentralisation peut avoir un effet complètement déstructurant pour le tissu commercial existant. Il en va de même pour les services qu'offre le gouvernement du Québec à la population. Par ses décisions d'aménagement, le gouvernement du Québec peut créer un cercle vertueux ou déstructurer un milieu de vie.

Un autre exemple criant de ce phénomène est l'obligation que se sont vu imposer les municipalités de céder gratuitement aux centres de services scolaires (CSS), aux frais des contribuables municipaux, des terrains de plus en plus grands pour l'agrandissement ou la construction d'écoles. Les municipalités doivent assumer un fardeau financier qui est difficilement soutenable, il semble impossible pour les CSS d'optimiser les terrains qui accueillent déjà des écoles ou d'envisager de construire des écoles de plus de deux ou trois étages pour favoriser la consolidation des milieux.

Le gouvernement du Québec doit devenir un exemple de la prise en compte de ses actions sur le territoire québécois et s'assurer que ses réseaux et ses sociétés d'État travaillent à l'atteinte de ses objectifs en aménagement du territoire. Il faut, comme le veut l'expression populaire, que les bottines suivent les babines!

Martin Damphousse

Président de l'Union des municipalités du Québec et maire de Varennes


Les + lus